Si Daniel Buren est sans doute le plus célèbre des artistes français, il est aussi celui qui a su par sa pratique artistique inverser la relation qu’entretient l’œuvre avec son lieu d’exposition, en intégrant les caractéristiques de ce dernier dans l’œuvre elle-même, ce qu’il nomme un travail in situ.

Né en 1938 à Boulogne-Billancourt, l’artiste développe au cours des années 60 une pratique artistique basée sur l’économie des moyens, en travaillant avec un motif unique : une bande de couleur large de 8,7 cm, qu’il duplique et alterne. Cet « outil visuel » devient rapidement le support d’une réflexion sur le rapport qu’entretient l’œuvre avec son lieu d’exposition. Les bandes colorées sont utilisées pour révéler l’architecture et la particularité du site qui les accueille. En 2005, Daniel Buren réalise au Donjon de Vez, un dispositif coloré pour les deux verrières de la Chapelle. L’éclairage naturel, pénétrant les verrières, active le dispositif, faisant ainsi apparaitre des bandes de lumière colorées. Ainsi, Le lieu de l’exposition devient l’œuvre de l’exposition, redessinant et révélant l’endroit dans lequel et pour lequel elle existe.